IDENTIFICATION ADHERENTS

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

CONNEXIONS AU SITE

Accès depuis le 01.01.2017
Total
304293
Il y a actuellement...
- 132 invités

20181228 - Tour d’horizon géopolitique de l’année 2018 : l’ordre occidental vacille sur ses bases.

Tour d’horizon géopolitique de l’année 2018 :

l’ordre occidental vacille sur ses bases.

En France plus qu’ailleurs, la politique cérémonielle prenant le pas sur l’essence du politique, l’année 2018 aura été parsemée de commémorations relatives à la fin de la Première Guerre mondiale. Usuellement, l’’exercice accompagne d’anachronismes, ce conflit est présenté comme une « boucherie ». Enclines à l’ethnocentrisme du présent, les sociétés occidentales post-modernes projettent volontiers leur nihilisme sur les hommes qui les ont précédés, privant de signification leur labeur, leur peine et leur sacrifice. Dans un tel contexte, la nouvelle guerre de Trente Ans dont août 1914 marque le point de départ constitue le faire-valoir d’un « ordre international libéral » largement évoqué au cours de l’année écoulée. En opposition au trumpisme, cette vision lénifiante ou emphatique du système multilatéral ne va pas sans susciter d’autre part sarcasmes et hypercriticisme: l’ordre international libéral ne serait que billevesées, le monde demeurant ce qu’il a toujours été. Pourtant, l’action combinée de puissances révisionnistes, l’axe sino-russe en premier lieu, et la convergence de lignes dramaturgiques font vaciller l’ordre mondial, menaçant la longue hégémonie des nations occidentales dont les Etats-Unis ne sont jamais que les héritiers historiques.

La Chine populaire et le « piège de Thucydide »

Superpuissance en voie d’acquisition de moyens militaires à la mesure de ses ambitions géopolitiques, la République populaire de Chine (RPC) est le principal adversaire stratégique des Etats-Unis et, plus largement, de l’Occident. En cette année 2018, Washington et Pékin apparaissent pleinement engagés dans le « piège de Thucydide ». L’expression désigne la situation d’affrontement dans laquelle se trouve une puissance régnante remise en cause par une puissance ascendante. Lorsque la première s’efforce de défendre le statu quo, la seconde entend bouleverser l’ordre du monde et imposer sa propre conception de l’ordre international. La suprématie mondiale n’étant pas un bien divisible, la situation s’avère tragique et menace de basculer dans la guerre.

Auteur de Destined for War : Can America and China Escape Thucydide’s Trap (2017), Graham Allison se réfère à Thucydide, historien de la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.). « En fait, expliquait ce dernier, la cause la plus vraie est aussi la moins avouée : c’est à mon sens que les Athéniens, en s’accroissant, donnèrent de l’appréhension aux Lacédémoniens, les contraignant ainsi à la guerre ». La période qui précède la guerre du Péloponnèse est en effet marquée par la transformation de la Ligue de Délos en un outil de l’impérialisme athénien, au point de débaucher les alliés de Sparte, confinée dans le Péloponnèse et sommée par Corinthe de contrer Athènes.

Graham Allison recense quinze configurations de ce type dans l’Histoire universelle. A onze reprises, elles ont débouché sur des guerres hégémoniques venues scander les cycles de puissance des cités, empires et nations. Assurément, ce type de situation est à prendre au sérieux. Et l’auteur de prodiguer ses conseils de modération afin d’éviter une spirale infernale entre la démesure (« hubris ») de la puissance ascendante et la peur (« phobos ») de la puissance régnante. Encore faut-il bien comprendre qu’il ne s’agit pas là de simples erreurs de perception et de représentations distordues, un « dialogue » ouvert permettant de dissiper les malentendus entre ces compétiteurs. Dans le cas de la RPC, l’ambition ne consiste pas seulement à s’enrichir. Le « léninisme de marché » n’a pas ouvert la voie au libéralisme et Xi-Jinping incarne une forme de néo-maoïsme. Les dirigeants de ce système, toujours communiste sur le plan politique, sont persuadés que leur heure a sonné, le projet de « nouvelles routes de la soie » (la « Belt and Road Initiative ») donnant la mesure de leur ambition. Bref, le despotisme oriental est bien vivant et il dispose de moyens sans précédent.

A court terme, l’objectif de la RPC est de chasser les Américains d’Asie de l’Est et du Pacifique occidental. En cette année 2018, elle n’a pas desserré d’un pouce son emprise sur les îles et récifs de mer de Chine méridionale, et elle met en application revendications sur la mer de Chine orientale, l’idée de manœuvre étant de transformer ces « méditerranées asiatiques » en mers intérieures, propriété de Pékin, et ce au mépris du droit international. A l’encontre de Taïwan, la pression est constante. En Asie du Nord-Est, la RPC instrumentalise la question nucléaire nord-coréenne en vue de détruire le système régional d’alliance des Etats-Unis. En dépit des annonces fracassantes et rodomontades de Donald Trump, la rencontre au sommet avec Kim Jong-un (Singapour, 12 juin 2018) n’a pas produit la percée escomptée. Tout au plus le président américain a-t-il obtenu un moratoire sur les essais de missiles intercontinentaux, quitte à suspendre des exercices militaires avec l’armée sud-coréenne. Alors que Kim Jong-un prend soin de réassurer ses appuis en Chine populaire et en Russie, Donald Trump traite avec désinvolture ses alliés régionaux (Corée du Sud et Japon).

A l’échelon mondial, la RPC continue de développer son propre système international autour de l’Organisation de coopération de Shanghaï, tout en renforçant sa présence, son pouvoir et son influence au sein de l’ONU et des institutions de Bretton-Woods. A contrario, le président américain n’aura pas manqué une occasion de dénoncer ses alliés les plus proches et de dénigrer l’architecture internationale dont les Etats-Unis auront été les concepteurs et l’acteur hégémonique. En vérité, la grande stratégie américaine semble se limiter au champ géoéconomique, à grands renforts de taxes et de quotas. On en vient à douter de l’issue du conflit sino-américain, non sans graves périls pour l’ensemble du monde occidental. A noter cependant la diffusion du concept de région Indo-Pacifique qui témoigne d’une prise de conscience de l’expansionnisme chinois, depuis les « méditerranées asiatiques » jusque dans le golfe Arabo-Persique et en Afrique de l’Est, à travers Malacca et les détroits indonésiens.

La réalité d’une grande stratégie russe

Dans cette grande confrontation mondiale, les convergences sino-russes sont en menacent de se transformer en une alliance informelle, y compris sur le plan militaire (cf. les manœuvres Vostok-2018 de l’automne dernier, prolongement politico-militaire des synergies diplomatiques et militaro-industrielles). En vérité, le rapprochement entre Pékin et Moscou a été initié dès les années 1990, et l’étroitesse des rapports entre ces deux puissances révisionnistes dément la thèse du « péril jaune » comme facteur structurant du monde europoïde (de souche européenne) : le « Nixon in reverse » rêvé par certains tenants du trumpisme se révèle-t-il flatus vocis. Le fait est que les griefs de Vladimir Poutine et la revendication d’un « étranger proche » concernent principalement les approches occidentales de la Russie-Eurasie, au détriment d’ex-républiques soviétiques et d’anciens satellites centre-est européens. Aussi reproduit-il ce que l’amiral Raoul Castex nommait la « manœuvre de Gengis Khan » : renforcer ses appuis à l’Est afin de peser à l’Ouest. Si nombre d’observateurs occidentaux, focalisés sur les mauvais indicateurs économiques et démographiques de la Russe, peinent à admettre la réalité d’une stratégie d’ensemble, le président russe fait montre d’opiniâtreté et de persévérance dans la poursuite de ses objectifs. Sur ce plan, l’année 2018 s’inscrit dans le prolongement des précédentes.

Déclenchée en février 2014, la guerre hybride conduite en Ukraine n'était pas un acte réflexe. L'objectif était, et demeure, de reprendre le contrôle de l'« étranger proche », i.e. de resatelliser tout ou partie de l'ex-URSS afin de dominer l'Eurasie. Cette stratégie renvoie à un ensemble de discours eurasistes, d'argumentaires historicisants et de nostalgies du soviétisme, ce que l'on appelle des représentations géopolitiques. La reconstitution d'une armée ukrainienne, la résistance acharnée dans le Donbass et les sanctions occidentales auront conjugué leurs effets pour arrêter l'avancée russe. Le Protocole de Minsk (5 septembre 2014) resté lettre morte, il a fallu négocier les accords dits de "Minsk 2" (12 février 2015). Toujours est-il que le conflit reste ouvert. Avec son quasi-Etat du Donbass, le Kremlin dispose d'un levier d'action sur les destinées de l'Ukraine. Quant à la Crimée, elle constitue une plate-forme de projection de forces et de puissance dans le bassin pontico-méditerranéen (mer Noire et Méditerranée). Dans l’immédiat, la Russie a entrepris d’annexer de facto la mer d’Azov, arrière-cour de la mer Noire, au prix d’une agression contre la flotte ukrainienne (25 novembre 2018). Ainsi la fin de l’année a-t-elle rappelé que cette guerre russo-ukrainienne n’était-elle pas assimilable à un « conflit gelé » parmi d’autres, une simple nuisance avec laquelle il suffirait d’apprendre à vivre.

Si l'engagement militaire de septembre 2015 en Syrie, dans l’ « étranger lointain », avait pris de court les observateurs, les représentations géopolitiques russes ont de longue date intégré la « question d'Orient » et ses succédanés. Vu de la Moskova, le Moyen-Orient n'est pas seulement un boulevard défensif en avant du Caucase ; il constitue une zone névralgique, aux frontières sud-est de l'Europe. L'axe Moscou-Damas-Téhéran vise à dominer le Moyen-Orient, à démonétiser la présence occidentale dans la région, voire à en évincer les Etats-Unis.Dans le même mouvement, le rapprochement tactique avec Recep T. Erdogan aura enfoncé un coin entre la Turquie et l'OTAN. L’annonce du départ des troupes américaines du Nord-Est syrien, ce 19 décembre 2018 soulève bien des questions. Renouvellement de l’alliance turco-américaine et ouverture d’un boulevard aux ambitions d’Erdogan ? Précipitation des antagonismes au sein du trio d’Astana (Moscou-Téhéran-Ankara) ? Victoire stratégique russe, sans que Trump ait négocié quoi que ce soit en contrepartie ?

D'ores et déjà, la présence navale russe à Tartous et le resserrement des liens avec l'Egypte d'Al-Sissi traduisent le pouvoir et l'influence acquis en Méditerranée orientale. Cela aura des retombées dans les Balkans, une zone dans laquelle la diplomatie russe se révèle active: Moscou y mène une lutte de longue haleine contre l'élargissement de l'OTAN et de l'Union européenne.Quant à l'Egypte - située à l'intersection de l'Afrique du Nord, du Proche-Orient et de l'Afrique nilotique -, elle constitue une « pièce » majeure. Faut-il rappeler l'importance du canal de Suez dans le commerce entre l'Europe et l'Asie? Décidé à faire retour en mer Rouge, le Kremlin négocie bases et facilités navales avec le Soudan et l'Erythrée. Ces emprises renforceront l'activisme russe en Afrique subsaharienne dont témoigne le rôle de la SMP « Wagner » et de ses mercenaires en Centrafrique.

Le déploiement d'éléments militaires russes dans des bases égyptiennes, à proximité de la Cyrénaïque, invite également à la vigilance. En Libye, Moscou soutient le général Khalifa Haftar, opposé au gouvernement d'Al-Sarraj (reconnu par l'ONU). On ne saurait trop insister sur l'importance de ce pays : réservoir d'hydrocarbures et zone de passage de flux migratoires, la Libye recèle un potentiel de déstabilisation. Khalifa Haftar se situe au centre d'un triangle diplomatique Russie-Egypte-Algérie qui ouvre à Moscou des perspectives en Afrique du Nord, sur la rive sud de la Méditerranée, en vis-à-vis de l'Europe.Au total, les événements de l’année 2018 confirment qu’il existe une stratégie russe d'ensemble, sur les frontières orientales de l'Europe ainsi que dans « la plus grande Méditerranée ».

La « précipitation » des enjeux et menaces au Moyen-Orient

Entre essor des hydrocarbures nord-américains et « pivot » des Etats-Unis vers l’Asie-Pacifique, il fut un temps de rigueur de considérer le Moyen-Orient comme une région en voie de marginalisation. Le « printemps arabe » de 2011, suivi d’un « hiver islamiste » inspiré par l’idéologie des Frères musulmans puis la guerre en Syrie auront viteremis le Moyen-Orient au premier plan. Si l’on excepte les pays membres du Conseil de Coopération du Golfe, une bonne partie de la région a depuis basculé dans le désordre, la guerre et le chaos. Le régime irano-chiite n’a pas manqué d’exploiter la situation. Présentée comme un scénario géopolitique fantasque, la menace d’un « croissant chiite »,du golfe Arabo-Persique à la Méditerranée, a pris forme. Sur fond de multiples blocages politiques et économiques, voire d’impasse historique, le djihadisme de facture sunnite et celui de facture chiite conjuguent leurs effets pour déstabiliser le Moyen-Orient, au risque d’une conflagration générale. A certains égard, les processus de l’année 2018 – enracinement militaire iranien en Syrie, pressions et attaques sur l’Etat hébreu, frappes israéliennes de sites iraniens en Syrie, développements de la guerre en Syrie et établissement d’un fragile statu quodans la province d’Idlib – s’inscrivent dans le prolongement des années précédentes, si ce n’est que de nouveaux seuils ont été franchis. On notera la banalisation de l’arme chimique et les tensions Moscou-Jérusalem Le véritable tournant réside dans le départ annoncé des soldats américains du théâtre syrien, décision aux multiples réverbérations qu’il faudra suivre attentivement dans les semaines à venir (cf. supra),

A l’évidence, le Moyen-Orient conserve une grande importance géopolitique : l’Occident, les Européens plus encore que les Nord-Américains, ne saurait s’en désintéresser.La région abrite les plus abondantes réserves d’hydrocarbures au monde, mais aussi les plus aisées à extraire. Quand bien même les producteurs de la région ne contrôlent-ils plus le marché du pétrole, ils demeurent au centre de la géographie énergétique mondiale. Le Moyen-Orient constitue également un espace pivot entre l’Europe et l’Asie du Sud et de l’Est : le programme chinois de « nouvelles routes de la soie », avec sa branche maritime, en découle. Aussi faut-il être attentif à la situation au Yémen et ne pas négliger la double menace constituée par les Houthistes, cet « Hezbollah » local soutenu par l’Iran, et le groupe Al-Qaïda, prompt à exploiter le chaos : plus du tiers du commerce mondial transite par le détroit de Bab-el-Mandeb (au sud du Yémen). Le vote d’une résolution des Nations Unie, le 21 décembre 2018, augure-t-il d’une paix future ? Dans l’immédiat, la pression exercée par les Emirats arabes unis (EAU) et ses alliés sur le port d’Hodeïda ((70% des importations du pays) ont ramené les Houthistes à la table des négociations. Si la résolution 2451 était mise en œuvre, les « proxies » de l’Iran seraient écartés de la route de Suez, grande artère de navigation entre Europe et Asie. Cet avantage stratégique pour les EAU, érigés en protecteurs de la liberté de navigation, en mer Rouge et sur les approches maritimes de la péninsule Arabique, serait aussi un gain pour l’Occident qui a partie liée avec la liberté des mers.

Plus au nord, l’année 2018 aura vu la coalition américano-occidentale et ses alliés locaux reprendre à l’« Etat islamique » le peu de territoires restant en sa possession, après la chute de Mossoul et de Rakka l’année précédente (juillet et octobre 2017). Le 13 décembre 2018, les milices des FDS (Forces démocratiques syriennes) et leurs parrains occidentaux ont reconquis Hajine (province de Deir ez-Zor), dernier foyer urbain encore sous le contrôle de l’« Etat islamique ». Pourtant, cela ne signifie pas la fin du djihadisme de facture sunnite. En Syrie, l’intervention turque à Afrine (début 2018), l’enracinement militaire du régime irano-chiite et ses répercussions - plus généralement la dangereuse mutation de la guerre en un vaste conflit interétatique -, ouvrent de nouveaux espaces à l’« Etat islamique » ainsi qu’à Al-Qaïda. En Irak, une éventuelle politique anti-sunnite, menée par des extrémistes chiites avec le soutien de Téhéran, aurait des effets similaires à ce qui s’est déroulé sous le gouvernement d’Al-Maliki (2006-2014), émancipé de la tutelle américaine. De l’Afrique du Nord jusqu’en Haut-Asie, sur le théâtre Af-Pak (Afghanistan-Pakistan), le djihadisme ne faiblit pas et plonge ses racines dans un terreau autant théologique et culturel que sociopolitique et économique : Washington en est à négocier avec les Talibans afghans A maints égards, la situation en Syrie constitue un précipité chimique de la situation d’ensemble : les différents types de conflit s’empilent plus qu’ils ne se succèdent, le djihadisme formant un élément structurel du paysage géopolitique. Le retrait américain, l’expansion de la Turquie qui pourrait en résulter, le maintien au pouvoir de Bachar Al-Assad et le rôle des Pasdaranssur le théâtre syro-irakien pourraient lui redonner de l’oxygène.

De fait, en cette année 2018, le régime irano-chiite est resté au coeur de l’équation géopolitique moyen-orientale et des débat internationaux. On sait la menace que l’expansionnisme de Téhéran et l’ouverture d’une « autoroute chiite » à travers le Moyen-Orient représentent pour Israël, mais les régimes arabes sunnites sont tout autant mis en péril. D’ores et déjà, les Pasdarans se vantent de contrôler quatre capitales arabes : Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Confrontée aux ambitions de cet « Etat perturbateur » qui, en bonne alliance avec la Russie, menace de tournebouler les équilibres régionaux, l’Administration Trump semblait avoir pris le mors aux dents. D’une part, le président américain a sorti les Etats-Unis de l’accord nucléaire de 2015 (8 mai 2018) et annoncé le rétablissement d’un jeu de sanctions commerciales, technologiques et financières, complété en novembre 2018 par un embargo pétrolier aux graves conséquences pour l’économie iranienne. D’autre part, les Etats-Unis soutiennent le rapprochement entre Israël et les régimes arabes sunnites, ceux-là étant invités à constituer une sorte d’« OTAN arabe ».

L’articulation par Mike Pompeo d’une « stratégie iranienne »est venue couronner le tout (Michael Pompeo, « Confronting Iran », Foreign Affairs, November/December 2018). Pourtant, la perpétuation d’un blocus du Qatar, un an et demi après son instauration, divise le monde sunnite. L’« affaire Khashoggi » (2 octobre 2018) a également suscité des interrogations quant au devenir de l’Arabie Saoudite. Enfin, la décision de retirer les soldats américains de Syrie, prise par Trump contre l’avis de ses ministres et conseillers, met en question la « stratégie iranienne » des Etats-Unis (Conseiller à la sécurité nationale, John Bolton avait affirmé que ces soldats ne partiraient pas avant le retrait des éléments iraniens et milices panchiites). Art du deal ? L’année 2018 s’achève donc sur le doute quant à la volonté américaine de préserver son hégémonie, au Moyen-Orient et dans le monde.

Pour conclure

Pour conclure, on comprendra que le débat quelque peu oiseux sur la réalité de l’ordre international libéral et les vertus du multilatéralisme recèlent des enjeux autrement plus pressants que les querelles d’école entre les tenants de l’« internationalisme » (un wilsonisme, botté ou non) et ceux du « réalisme » qui prétendent monopoliser le principe de réalité. Il y va des pouvoirs historiques de l’Occident, confronté à des puissances qu’animent volonté de revanche et vision d’un monde post-occidental.L’important dans cette affaire est de comprendre qu’il n’y va pas seulement de vaniteuses querelles de préséance ou d’un « struggle for life » relevant de la seule dimension matérielle de l’existence, i.e. de l’accès aux sources de matières premières et aux marchés, avec la croissance économique comme seule raison d’être.

Les contours géopolitiques de l’Occident correspondent aux limites d’une « civilisation de la personne »sans équivalent. Certes, les sociétés occidentales sont infidèles à cette idée de l’Homme, mais il n’y aura de « régénération par le barbare ». Le « rêve chinois » auquel Xi-Jinping donne forme et substance constitue une dystopie qui matérialise les pires anticipations de George Orwell ou d’Aldous Huxley. Preuve s’il en est que la démocratie libérale n’est pas la fin de l’histoire, ce « modèle chinois » est la source d’inspiration des régimes liberticides et puissances révisionnistes qui exploitent l’évanescence du « nouvel ordre mondial » promu par l’Occident au sortir de la Guerre Froide. De passage au siège de l’OTAN, le 6 décembre dernier, Mike Pompeo a proposé aux alliés européens le projet d’un nouvel ordre libéral : un « monde libre d’Etats souverains ».So ?Quid de la doctrine Trump ? Charles Lindbergh ou Samuel P. Huntington ? En cette fin 2018, la réponse demeure incertaine.